Souffle Cardiaque, Ce qu’il faut savoir

Le souffle cardiaque serai perçu par les médecins comme  un bruit  indépendant des battements du cœur  lors de l’auscultation cardiaque. Il peut être an-organique, c’est-à-dire physiologique et ne préjuger en rien d’une pathologie cardiaque, responsable d’aucune conséquence sur le fonctionnement du cœur  Parfois, il peut être le témoin du passage du sang par une valve cardiaque rétrécie, témoin d’une insuffisance valvulaire. Une autre raison, outre le rétrécissement, est une fuite de sang lorsque la valve est fermée, témoignant d’un reflux  liquidien et traduisant une insuffisance valvulaire. En cas de souffle cardiaque suspect, une échographie cardiaque permet l’étude des cavités cardiaques et de leur fonctionnement. Grâce à un examen doppler , les flux sanguins à travers les valves du cœur sont analysés.

 

images (6)

Ce souffle est le symptôme d’un passage troublé du sang dans une cloison intra-cardiaque ou dans une valvule. Il est important de noter que la plupart des souffles cardiaques ne sont pas dangereux. On en détecte d’ailleurs beaucoup chez les enfants sans que cela n’ait de graves conséquences sur leur avenir. Cependant, le diagnostic pourra être confirmé par la pratique d’un electrocardiogramme ou d’une echographie  cardiaque.

Symptômes d’un souffle au cœur

Un souffle au cœur, en soi, ne provoque aucun symptôme particulier et il ne peut généralement pas être entendu par la personne concernée. C’est le problème sous-jacent structurel au souffle au cœur qui peut causer des problèmes.

Un souffle au cœur est généralement diagnostiqué lors d’un simple examen physique, pendant que le médecin écoute les bruits du cœur avec un stéthoscope.

De nombreux souffles au cœur sont diagnostiqués à partir d’un examen physique et ne nécessitent pas une évaluation plus poussée.

Les tests supplémentaires peuvent être prescrits par un médecin afin de rechercher un éventuel problème cardiaque, tel qu’un électrocardiogramme (ECG), qui peut aider à évaluer la fréquence et le rythme cardiaque mais aussi la conduction électrique dans le cœur et l’hypertrophie éventuelle du muscle cardiaque.

Une radiographie du thorax peut également aider à évaluer la taille et la forme du cœur.

Il est important de se rappeler qu’un souffle au cœur est une constatation physique et n’est pas une maladie ou un problème cardiaque structurel.

Prévention d’un souffle au cœur

Le maintien d’un mode de vie sain peut aider à prévenir certains problèmes de valves cardiaques et donc de souffle au cœur. Le mode de vie sain peut ainsi se manifester par une bonne gestion du poids, des exercices physiques, …

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Alimentation et produits Bio ce qu’il faut savoir

la-nourriture-24592-0

Qu’est ce que le bio ?

La tendance de ces dernières années, c’est le bio. Fruits et légumes, produits laitiers, viandes, mais aussi cosmétiques ou encore produits d’entretien, le bio fait partie intégrante de notre quotidien. Mais qu’est ce que le bio, et pourquoi possède t’il des avantages pour notre santé ?

Définition:

Le terme « bio » désigne un produit ou une denrée issus de l’agriculture biologique. Le mode de production agricole est naturel et n’utilise aucun produit chimique de synthèse, comme les pesticides, les herbicides chimiques, les fertilisants artificiels ou les hormones de croissance. On utilise des matières organiques naturelles recyclées et le principe de rotation des cultures.

Exemples de produits « bio »

Dans l’alimentation :

  • fruits et légumes,
  • céréales,
  • viandes,
  • farine,
  • lait et laitages,
  • pâtes et riz,
  • chocolat…

Habillage et produits de la maison :

  • vêtements en coton bio, en chanvre, en laine, en soie, en lin ;
  • détartrants, désinfectants et détergents bio.

Soin et cosmétiques :

  • savons,
  • maquillage et produits de toilette

 

Les avantages d’une alimentation biologique:

Les légumes bio contiennent :

  • moins d’eau que les légumes classiques, sont plus consistants et plus rassasiants.
  • de la vitamine C dans les légumes et certains fruits.
  • du fer et magnésium pour certains légumes.
  • des protéines pour les céréales.
  • des Oméga 3 pour la viande et les produits laitiers.

 

Avantages des fruits bio

Les fruits bio peuvent être consommés avec leur peau, alors que les fruits traditionnels doivent être pelés afin d’éviter l’ingestion de produits chimiques. C’est dans la peau que l’on trouve nutriments et vitamines.

Comment savoir si un produit est bio ?

Il doit comporter le sigle AB (pour Agriculture biologique) ou la mention Agriculture Biologique ou Produit issu de l’agriculture biologique.
L’alimentation Bio est ses effets sur la beauté de votre corps:

  • On le sait, la beauté de notre peau ne peut uniquement reposer sur l’utilisation des cosmétiques. On la doit aussi et surtout à une action simple du quotidien: manger ! Et manger sainement ! A l’heure où la constitution et la provenance de nos plats se font de moins en moins sûres, on aura naturellement tendance à se tourner vers les produits biologiques. Pourquoi pas, encore faut-il connaître leurs propriétés et les types de besoins auxquels ils répondent. Pour manger en se faisant plaisir tout en chouchoutant votre corps, voici une petite liste des aliments et de leurs bienfaits.
  • Les produits bio, riches en vitamine C : En plus d’être un puissant antifatigue, la vitamine C bénéficie de nombreuses autres propriétés. C’est un puissant antioxydant. Elle stimule la synthèse de collagène présente dans la peau, les muqueuses ou encore les os et participe ainsi à une meilleure cicatrisation. Elle aide également à brûler les graisses et en échange fournit de l’énergie. On la trouve principalement dans les fruits et les légumes tels que les agrumes, le poivron rouge, ou encore la mâche. Pour bénéficier de la totalité de ses biens faits, il est recommandé de manger ces aliments crus ou très peu cuits à la vapeur et le mieux est encore de les consommer juste après les avoir cueillis ou achetés.La levure de bière : Pour une belle peau et de beaux cheveux ! La levure de bière contient une forte quantité de vitamine B qui lui permet d’agir efficacement sur la beauté de la peau ou des cheveux. Sa prise va agir au niveau cutané aussi bien en surface qu’en profondeur et ainsi diminuer la production de déchets. Elle est recommandée en cas d’acné, de troubles de la peau ou encore contre les ongles cassants ou la perte de cheveux. Vous pouvez la consommer de différentes manières, en la mélangeant à un yaourt ou en la saupoudrant sur vos salades par exemple tout en évitant les aliments cuits, car la chaleur risquerait là encore de détruire les vitamines présentes dans la levure. On la trouve également sous la forme de comprimés et compléments alimentaires. Drainer et détoxiquer l’organisme : Le printemps est revenu, c’est donc le meilleur moment pour drainer et détoxiquer votre corps après un hiver riche en accumulation de toxines ! Pour ça il faut boire ! C’est aussi simple que ça ! Eau, tisanes, jus de fruits 100% pur jus ou faits maison et potages froids seront vos alliés. Privilégiez également des aliments tels que le riz, le pruneau, l’ail, l’avocat, le citron ou encore la pomme qui grâce à leur taux de potassium élevé, stimulent l’expulsion des toxines. Au passage, pensez à bouger et à faire du sport car associé à ce type d’alimentation détox, on vous garantit que vous retrouverez rapidement un corps de rêve pour cet été ! Chez Mademoiselle Bio on vous conseille le jus de bouleau de la marque Weleda pour purifier votre corps de l’intérieur : un verre d’eau ou une infusion à raison d’une cuillère à soupe de jus 2 à 3 fois par jour avant les repas, pendant 3 à 6 semaines ou à diluer dans une grande bouteille d’eau minérale, à consommer au cours de la journée.   Tout un programme ! Pour une nourriture dont les bienfaits et les propriétés sont préservés, pensez à choisir des aliments bios, naturels et non traités, choisis avec soin, selon vos besoins et selon la saison. Un peu de sport, de l’hydratation et surtout une alimentation saine vous aideront à garder une belle peau et un corps en bonne santé, naturellement ! Sources : biolineaires.com et consoglobe.fr

Les produits bio sont-ils meilleurs

pour la santé ?

Les produits bio sont meilleurs pour la santé ! Cette certitude est ancrée dans bon nombre d’esprit. Mais cela correspond-t-il à une réalité ? Ces fruits et légumes sont-ils vraiment plus sûrs ? Devez-vous abandonner les aliments traditionnels pour préserver votre organisme ?

Il est extrêmement difficile de relier le type d’agriculture et ses effets sur la santé. De nombreuses études ont néanmoins essayé d’évaluer les bénéfices du bio. Les résultats sont… inégaux !

Moins de protéines, mais plus de qualité ?

L’une des principales différences entre une exploitation « classique » et une exploitation « biologique », c’est le type d’engrais utilisé. Ainsi, les fertilisants employés dans le bio sont des produits naturels. Or les engrais chimiques utilisés dans les exploitations traditionnelles sont en général plus efficaces. Ils vont notamment apporter une plus grande quantité d’azote, élément indispensable à la plante pour fabriquer des protéines. Les végétaux non bio, nourris avec ces engrais, seront ainsi plus riches en protéines. Mais ces protéines seraient de moins bonne qualité : elles seraient moins riches en acides aminés essentiels, indispensables à notre organisme.

Le principe de précaution

L’agriculture biologique applique également le fameux principe de précaution : les exploitants se sont engagés à ne pas utiliser de produits génétiquement modifiés. De même, toute la chaîne doit être contrôlée : une viande labellisée Bio garanti que l’animal n’a pas été nourri avec des végétaux contenant des OGM. Toujours au non du principe de précaution, les produits bios ne sont pas irradiés. Cette technique permet de détruire les microbes et les parasites contenus dans les aliments. Théoriquement, cette méthode ne présente pourtant aucun danger pour le consommateur.

Des effets réels sur la santé ?

Différents scientifiques ont essayé, tâche plutôt ambitieuse, de mesurer l’impact direct sur la santé de la consommation des produits biologiques. De nombreuses études soulignent ainsi une meilleure résistance aux infections des animaux et des hommes nourris avec des végétaux issus du bio. D’autres mettent en avant des bénéfices dans la procréation. Ainsi, un effet positif aurait été mesuré par exemple sur la fertilité de taureaux et de lapins nourris avec des produits bio… Et manger bio aurait un impact sur la santé des enfants : une étude avait souligné que, chez les femmes qui mangent bio, on retrouve moins de résidus de pesticides dans le lait maternel.  

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le Dopage dans le Monde du Sport

Aujourd’hui nulle ne peut pas sous silence le faite que le dopage est devenu une pratique très courante dans le milieu du sport , mais cette pratique est pour certains connue  que de nom , c’est dans cette optique que nous allons essayer de dégager une analyse objective et approfondie afin  de mieux cerner  dans un premier temps  la définition exacte du mot dopage et dans un second  temps de connaitre  les sports les plus touchés par ce fléau.

 

fijik80j21t9926gv5lk

Si l’on se réfère aujourd’hui à Wikipédia, le dopage est une pratique consistant à absorber des substances ou à utiliser  des actes médicaux définis par des organismes ad hoc afin d’augmenter ses capacités  (hématocrite, battements du cœur, confiance en soi, etc.). Le terme anglais « doping » fut largement employé avant que le Comité du langage scientifique n’impose une francisation en 1958.

Historique

a) Dès le VI ème siècle avant J.-C., les athlètes grecs ingéraient déjà des viandes variées selon la discipline sportive qu’ils exerçaient : – les sauteurs mangeaient de la viande de chèvre – les boxeurs et les lanceurs, de la viande de taureau – les lutteurs quant à eux préféraient de la viande grasse de porc

b) L’hydromel avait la faveur des grecs et les romains faisaient appel aux propriétés tonique des feuilles de sauge.

c) Les populations primitives négro-africaines partagent avec les populations amérindiennes ce besoin incoercible et permanent de dopants, c’est à dire de drogues capables d’accroître leur énergie physique et psychique, voire le potentiel sexuel des individus qui les consomment. Ainsi, les indigènes d’Amérique du Sud mâchent les feuilles de coca, ceux d’Afrique la noix de kola.

d) Les chinois connaissent depuis plus de 3.000 ans les vertus stimulants du ginseng. De nos jours, pour parvenir aux niveaux supérieurs de la performance, l’athlète doit faire « le plein » de ses possibilités physiques.

Le Docteur Burstin, auteur de l’ouvrage : Le Dopage, publié en 1961, prévisait : « pour combattre le dopage, il faut que l’on sache que les athlètes dopés relèvent avant tout de la thérapeutique et non des sanctions ».

 

Quels sont aujourd’hui les Sports les plus touchés par le dopage ?

A la réponse à cette question l’Agence Francaise de lutte contre le dopage( AFLD) et les instances internationales de lutte contre le dopage  nous révéle que le Cyclisme arrive en tete,suivisde  l’haltérophilie, l’athlétisme et le football. Au niveau mondial, c’est le curling qui présente le plus de contrôles anormaux .

On ne pourrai pas s’interroger sur les sports les plus touchés par le dopage sans  se poser la question en paralléle s-il -il existe aujourd’hui des moyens forts et efficaces  pour faire face à ce phonéme.

Conformément aux dispositions de l’article L. 232-5 du Code du sport, l’Agence française de lutte contre le dopage participe aux actions de prévention mises en œuvre pour lutter contre le dopage. Cette mission comporte deux volets importants : la sensibilisation des sportifs sur le terrain et la collaboration avec des organismes spécialisés.

Soucieuse de veiller à la protection de la santé des sportifs, l’AFLD mène des opérations de sensibilisation aux conduites dopantes sur des épreuves sportives de masse. Réalisée pour la première fois lors de l’édition 2005 du Marathon de Paris, cette opération a alors touché plus de 2 000 sportifs selon le déroulement permettant de procéder à :

  • un test de dépistage urinaire pour la détection de substances interdites : cannabis (THC), opiacés (MOR), cocaïne (COC), méthamphétamines (MET), amphétamines (AMP) afin d’avoir un aperçu de la prévalence de l’utilisation de ces substances. Les tests se présentent sous forme de bandelette et permettent une interprétation immédiate ;
  • un interrogatoire encadré des sportifs participant à l’opération afin de dégager certaines tendances quant à la consommation de substances interdites.

Sur les 2 021 sportifs testés lors des dix épreuves sur lesquelles l’AFLD a été présente, il ressort qu’en moyenne 3.3 % des échantillons contenaient au moins l’une des substances recherchées.
Les entretiens individuels avec les sportifs permettent de donner une information plus personnalisée. En outre, leur caractère anonyme et non répressif facilite les échanges.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire